L’effet du biofilm sur les ulcères veineux de la jambe.

September 7, 2021 Joseph Stoffel

Un biofilm sous un microscope.

La trajectoire vers la guérison de nombreuses plaies chroniques, telles que les ulcères veineux de la jambe, peut dépendre de la présence d’un biofilm. À titre de microbiologiste étudiant le biofilm des plaies chez la Division des solutions médicales de 3M, j’aimerais vous faire part de mes pensées relatives à la complexité des communautés de biofilm présentes dans les plaies et relatives à l’efficacité antimicrobienne.

L’efficacité antimicrobienne est souvent évaluée en laboratoire, où des expériences significatives peuvent être menées dans des environnements contrôlés. Les bactéries que nous rencontrons au quotidien ne sont toutefois pas typiquement celles que ne retrouvons en laboratoire, et cela pose de réels défis à l’efficacité antimicrobienne.

Par exemple, disons que nous voulons tester si quelque chose peut tuer les microorganismes. Nous cultiverons ainsi des bactéries dans une éprouvette, y introduirons une solution antimicrobienne et vérifierons s’il y en a qui survivent. Si aucune bactérie ne survit, devrait-on considérer l’expérience comme un succès?

Selon les directives de la FDA, il s’agit de la méthode de réaliser un essai typique. Cependant, cet essai prouve seulement que la solution puisse tuer des bactéries planctoniques. Le terme planctonique signifie « qui flotte librement » (pensez au plancton dans l’océan). Dans cet état, et dans un environnement presque sans obstacles aux interactions, les cellules bactériennes sont facilement touchées par les solutions antimicrobiennes.

Mais voici le problème. En général, les humains ne vivent pas dans l’océan et ne se trouvent pas fréquemment suspendus dans des liquides pendant des périodes prolongées. On peut en dire autant pour les microorganismes vivant sur nos corps ou infectant notre tissu. Les microorganismes s’attachent typiquement à des surfaces : depuis l’anneau de toilette et la douche jusqu’aux roches d’un ruisseau, en passant même par nos dents.

Comment un biofilm se produit-il?

Dès que des microorganismes atteignent une surface, ils se mettent au travail immédiatement et sécrètent une couche protectrice de substance gluante connue comme une substance extrapolymérique ou SEP. La présence d’une SEP représente un facteur majeur en matière de résilience comparativement aux organismes planctoniques. La SEP peut augmenter la tolérance d’un microbe face aux changements environnementaux et, souvent, plusieurs différents microorganismes vivent dans le même biofilm. Dans certaines situations, les cellules au sein du biofilm peuvent même « hiberner » en raison d’un état métabolique altéré. La protection contre la SEP et la capacité à hiberner représentent quelques-uns des facteurs prédominants contribuant à la capacité de la cellule à résister aux agressions externes provenant des solutions antimicrobiennes topiques.

Les répercussions d’un biofilm sur le soin des plaies.

Les biofilms ont des répercussions importantes sur le traitement des plaies chroniques et on doit en tenir compte lors de la création d’un plan de traitement efficace. Des études menées pas James et coll.1 et Johani et coll.2 démontrent que les biofilms microbiens se trouvent dans presque chaque plaie non guérissable, ce qui engendre des complications de santé additionnelles, comme une inflammation chronique. Bien que le biofilm ne soit pas toujours visible à l’œil nu, l’évidence de son incidence sur la guérison peut être remarquée lorsqu’une plaie cesse de guérir ou qu’elle régresse3.

Les cliniciens optent généralement pour des produits antimicrobiens topiques en plus d’autres interventions médicales. Cependant, il est peu probable que les produits antimicrobiens approuvés par la FDA et ayant reçu leur statut antimicrobien lors d’essais contre des organismes planctoniques, rencontrent les mêmes organismes et environnements lors du traitement de vraies plaies.

Alors, pourquoi ne mettons-nous pas à l’essai des produits contre les biofilms? Le problème se trouve dans la diversité des organismes dans le biofilm. Malgré l’abondante documentation sur l’essai des produits de traitement des plaies sur des modèles de biofilm, aucun produit n’a été normalisé. Cela veut dire que ce qui fonctionne pour le modèle A pourrait s’avérer tout à fait inefficace pour le modèle B. Ce manque de normalisation signifie également que les résultats peuvent être altérés pour produire le résultat prévu, ce qui complique la comparaison des solutions antimicrobiennes.

En apprendre davantage sur les plans de traitement des plaies basés sur le biofilm efficaces.

La présence d’un biofilm dans les plaies chroniques pose de réels défis au traitement et au rétablissement. Un plan de traitement efficace nécessite une approche particulière basée sur le biofilm, qui repose sur des documents de consensus. À l’avenir, de plus amples recherches et une normalisation quant aux affirmations relatives aux produits antimicrobiens seront essentielles afin de fournir les données appropriées pour la prise de décisions entourant les traitements4.

Pour en apprendre davantage sur le traitement efficace des soins, communiquez avec un représentant de 3M en remplissant le formulaire ci-dessous.

 

Exonération de responsabilité : Cet article visait initialement un lectorat américain. Les faits et les sources qui y sont cités peuvent ne pas être pertinents dans d’autres régions.

Références.

  1. JAMES et coll., Wound Rep Regen., DOI:10.1111/j.1524-475X.2007.00321.x
  2. JOHANI et coll. (2017), Int Wound J, DOI:10.1111/iwj.12777.
  3. PERCIVAL, S.L.; P.G. Bowler, « Biofilms and their potential role in wound healing », Wounds, 2004, vol. 16 :  pp. 234 à 240.
  4. SNYDER, R.J.; G. Bohn, J. Hanft et coll., « Wound Biofilm: Current Perspectives and Strategies on Biofilm Disruption and Treatments », Wounds, 2017, vol. 29, no 6 : pp. S1 à S17.

À propos de l’auteur

Joseph Stoffel

[enBio=Joe has worked for 3M for 19 years, primarily in wound care, while also supporting diagnostics, sterilization, food safety, and drug delivery. His current role includes leading new product development teams and refining and expanding 3M’s capabilities in microbial biofilm testing and understanding with a wound care emphasis. Joe is responsible for developing and executing models for verifying performance and supporting product claims, including those for FDA clearance.],[enJob=Specialist Microbiology, 3M Medical Solutions Division],[frBio=Joe est à l’emploi de 3M depuis 19 ans, travaillant principalement dans le domaine du soin des plaies, tout en offrant son soutien aux diagnostics, à la stérilisation, à la sécurité alimentaire et à l’administration des médicaments. Dans le cadre de son rôle actuel, il dirige les équipes d’élaboration de nouveaux produits, et affine et élargit les capacités et la compréhension de 3M relatives à l’essai de biofilms microbiens, en mettant l’accent sur le soin des plaies. Joe est responsable de l’élaboration et de l’exécution de modèles pour vérifier le rendement et appuyer les affirmations de produits, y compris celles nécessitant l’approbation de la FDA.],[frJob=Spécialiste en microbiologie, Division des solutions médicales de 3M]

Plus de contenu par Joseph Stoffel
Tweet précédent
3M Canada
3M Canada

3M Canada et la SAPES sont heureux de féliciter les récipiendaires du Prix National 3M d’Excellence en Ense...

Article suivante
Un ulcère du pied diabétique, une complication grave du diabète – voici pourquoi.
Un ulcère du pied diabétique, une complication grave du diabète – voici pourquoi.

Un ulcère du pied diabétique est une complication du diabète pouvant entraîner une amputation. Apprenez-en ...