V.E.I.N.S.S., partie 4: technique aseptique sans contact.

August 4, 2020 Karen Laforet

principes de la technique aseptique sans contact

Si vous demandez à cent fournisseurs de soins de santé de divers milieux d’expliquer les principaux éléments de la technique sans contact, vous obtiendrez probablement de nombreuses réponses différentes. La compréhension et la pratique entourant la technique sans contact varient grandement d’un fournisseur à l’autre.

Auparavant, les paradigmes de la stérilisation, de l’asepsie et du nettoyage étaient utilisés sans distinction claire et sans preuve évidente contribuant aux différences entre les pratiques variées. Toutefois, une hiérarchie des techniques a fini par s’établir au fil du temps au sein de la pratique. Dans l’absence d’une théorie ou définition claire, ces éléments ont été déclinés en plusieurs variantes, y compris la « technique propre » et la « technique sans contact ». Il en résulte, selon moi, des incohérences dans l’utilisation de ces techniques résultant dans des infections involontaires.

En quoi consiste la technique aseptique?

La technique d’asepsie est un élément clé de la prévention des infections nosocomiales.

L’asepsie est un processus pour aider à éloigner les organismes producteurs de maladies en quantité suffisante pour provoquer une infection3. De manière générale, la technique aseptique décrit un ensemble de pratiques exemplaires et de méthodes que les professionnels de la santé utilisent pour empêcher le transfert de micro-organismes pathogènes aux patients2. Ainsi, que l’intervention soit simple ou complexe, le but des professionnels de la santé est de contribuer à la prévention du transfert d’agents pathogènes.

Tout commence par le milieu. La surface de travail pour la préparation ou les interventions ne doit pas être encombrée et doit être nettoyée avec des lingettes antiseptiques pour aider à réduire le risque de contamination4. Il faut ensuite déterminer le site d’insertion du DAVP. Tenez compte du risque de transmission de bactéries par voie aérienne (Staphylococcus aureus, SARM, Clostridium difficile)2. Si dans une clinique à aire ouverte, le patient d’à côté a une plaie suintante avec du SARM, ce n’est peut-être pas le bon moment pour installer un dispositif d’accès vasculaire périphérique.

La technique aseptique sans contact vs la technique aseptique sans contact (ANTT®).

La technique ANTT® diffère de « la technique sans contact » traditionnelle mentionnée auparavant. La technique ANTT® offre un cadre théorique et pratique pour une technique aseptique mise sur pied en 1993, dans le cadre du projet du même nom1.

Le cadre théorique et pratique de la technique ANTT® est reconnu mondialement, procurant des directives cliniques et des mesures de la qualité standardisées évaluées par les pairs2. La technique ANTT® utilise de la terminologie bien définie à des fins de clarté et d’uniformité, en définissant les domaines aseptiques pour aider les professionnels de la santé à évaluer les risques. Il a été démontré que cette démarche aseptique normalisée unique aide à réduire les infections nosocomiales1.

La technique ANTT® peut convenir aux situations suivantes :

  • L’insertion et le retrait du dispositif d’accès vasculaire périphérique (DAVP);
  • Le soin et l’entretien du site d’intraveineuse;
  • L’application et retrait des pansements;
  • L’administration de médicaments et de perfusions;
  • Chaque point d’accès au système intraveineux (rinçage, changement du sac de solution ou du dispositif d’administration).

Comment la technique ANTT® peut-elle aider à réduire la contamination et l’infection?

Un principe de la technique ANTT® est d’empêcher des « composants clés » de l’équipement et du matériel médical utilisé lors de l’intervention d’entrer en contact avec quoi que ce soit qui n’est pas stérile4. Différencier entre les concepts de composants clés et sites clés est à l’origine de cette technique1, 2, 4, 5. Les composants clés sont différents éléments du matériel ou de l’équipement médical utilisé lors de l’intervention, qui, si contaminés, fournissent une voie d’accès direct pour la transmission d’agents pathogènes au patient, comme la canule, l’embout du cathéter ou l’orifice de perfusion. Les sites clés comprennent tout point d’entrée dans le corps, comme les plaies, les endoprothèses et les sites d’insertion d’un dispositif d’accès vasculaire.

La technique ANTT® pour chirurgie est utilisée pour les interventions invasives de longue durée ou difficiles sur le plan technique. Des précautions standard, des précautions offrant une barrière de protection complète et un champ stérile sont requis. La technique ANTT® pour chirurgie devrait permettre l’évaluation de l’intervention et du milieu pour aider à protéger tous les composants clés de matériel et d’équipement médical qui seront utilisés et d’en garantir l’asepsie. Prenez par exemple le cas d’un cathéter central inséré par voie périphérique (CCIVP). La zone d’intervention est grande et le site clé est invasif. L’installation d’un cathétérisme vésical et des interventions chirurgicales constituent d’autres exemples.

La technique ANTT® standard est utilisée pour les interventions invasives de courte durée et qui sont moins complexes sur le plan technique. Les interventions nécessitant la technique ANTT® standard comportent peu de composants clés. Il est plus simple d’utiliser la technique sans contact traditionnelle. L’accès à un site d’insertion de DAVP, l’administration de médicaments par voie intraveineuse et l’application de pansements en sont des exemples d’interventions utilisant la technique traditionnelle.

Voici une liste des manquements courants à la technique aseptique sans contact en ce qui a trait aux DAV:

L’intervention

Manquement de pratique

Insertion d’un DAVP

  • Surface de travail mal nettoyée;
  • Hygiène inadéquate des mains;
  • Contact avec la zone d’insertion d’un composant clé après l’antisepsie cutanée;
  • Contact avec n’importe quel composant clé de la canule.
  • Ventilation de la peau pour faciliter le séchage;
  • Pression directement exercée sur le point d’entrée du site d’insertion;
  • Contamination du pansement au moment de l’application;
  • Réutilisation du rouleau de ruban ou du garrot.

Changement de pansement d’un DAV

  • Surface de travail mal nettoyée;
  • Hygiène inadéquate des mains;
  • Contact avec un composant clé du site d’entrée de l’intraveineuse;
  • Antisepsie cutanée inadéquate;
  • Zone de préparation cutanée encore humide;
  • Mauvaise application du pansement.

Retrait d’un DAV

  • Surface de travail mal nettoyée;
  • Hygiène inadéquate des mains;
  • Contact avec un composant clé du site d’entrée de l’intraveineuse;
  • Site non nettoyé;
  • Application d’un pansement non stérile à la suite du retrait d’un DAV.

 

Tableau adapté de Campbell & Bowden4

Que l’intervention soit invasive ou complexe (p. ex., l’insertion d’un CCIVP ou une ponction lombaire) ou qu’il s’agisse d’un changement de pansement d’intraveineuse, la technique ANTT® peut aider les professionnels de la santé à être efficaces de manière sécuritaire1.

La technique ANTT® comprend des processus normalisés et offre une formation en matière d’hygiène des mains et de contrôle du milieu pour aider à réduire le risque de contamination des parties composants clés et des sites clés. Il faut tenir compte à l’avance de la préparation du patient et du matériel et de l’équipement médical ainsi que des dispositifs d’accès veineux.

Application des principes de la technique ANTT®.

L’application pratique comprend une évaluation des risques avant toute intervention. Demandez-vous si vous pouvez exécuter l’intervention sans entrer directement en contact avec les composants clés et les sites clés. S’il y a plusieurs articles stériles, un champ stérile est nécessaire pour éviter la contamination. La difficulté technique et le niveau de compétence du professionnel de la santé doivent être pris en compte. Une personne ayant moins d’expérience peut avoir besoin d’un champ stérile plus grand pour éviter la contamination. L’utilisation appropriée de gants non stériles propres est acceptable au début de l’installation d’un DAVP, à condition que la technique ANTT® soit intégralement appliquée. Si l’antisepsie cutanée est terminée et qu’il est nécessaire de toucher la zone désinfectée (site clé), des gants stériles doivent être portés. Ne nettoyez pas les gants avec de l’alcool, du gluconate de chlorhexidine ou du savon et de l’eau, car cela pourrait compromettre leur intégrité4.

Il est important de suivre les principes d’hygiène des mains décrits dans les directives de l’ACAV datant de 2019 (voir V.E.I.N.S.S., troisième partie)6. Vérifiez que les boîtes de gants ne soient pas déplacées de pièces sales à des pièces propres (pour éviter les bactéries propagées par le toucher et aéroportées). Certains organismes ont des chariots à pansements séparés contenant des boîtes de gants. Retirez ce qui est nécessaire avant l’intervention et ne les stockez pas temporairement dans la poche de votre tenue de chirurgien ou de votre sarrau.  

La normalisation de la technique ANTT® à l’échelle de l’organisme peut aider à réduire les infections nosocomiales. Elle peut également entraîner une standardisation des pratiques des fournisseurs de soins de santé et simplifier la pratique médicale. Enfin, passez en revue les politiques et méthodes pour clarifier la terminologie et revoyez les méthodes en matière de chirurgie, d’asepsie et de nettoyage afin de réduire les infections associées aux DAV.

Pour obtenir plus de renseignements sur la technique aseptique sans contact ANTT®, communiquez avec un représentant en remplissant le formulaire ci-dessous.

 

Bibliographie.

  1. Association for Safe Aseptic Practice. À venir. Accessible à l’adresse : http://antt.org/ANTT_Site/about.html
  2. ROWLEY, S., S. CLARE, S. MACQUEEN et R. MOLYNEUS. « ANTTv2: An updated practice framework for aseptic technique », Br J Nursing, vol. 19 (2010), pp. S5 à S11.
  3. IWAMOTO, P. et coll. « Aseptic technique » dans APIC Text of infection Control and Epidemiology (4e éd.). Code source ouvert : 4e éd. du manuel de l’APIC en ligne (2014).
  4. CAMPBELL, C. et T. BOWDEN. « Peripheral vascular access devices: care and maintenance », Br J Cardiac Nurs., vol. 6, no 3 (2011), pp. 132 à 140.
  5. ROWLEY, S. et S. CLARE. « AVA Guidance document: standardizing the critical clinical competency of aseptic, sterile and clean techniques with a single international standard: Aseptic Non-Touch Technique (ANTT®) », 2019. Association for Vascular Access, Accessible à l’adresse : https://cdn.ymaws.com/www.avainfo.org/resource/resmgr/files/position_statements/ANTT.pdf
  6. Association Canadienne d’Accès Vasculaire, 2019. Lignes directrices canadiennes sur les accès vasculaires et la thérapie intraveineuse, Pembroke, Ontario, Pappin Communications, 2019.

Exonération de responsabilité : Karen Laforet est une blogueuse commanditée par 3M. Les opinions exprimées dans le présent article sont celles de l’auteure.

À propos de l’auteur

Karen Laforet

[enBio=Karen is an accomplished nurse leader with over 30 years of healthcare experience in critical care, community care, industry, and academia. Having received her Master’s in Clinical Science from Western University, Karen is recognised globally as an expert in infusion therapy and skin and wound care management. She is Canadian Certified in Community Health Nursing (CHNC (C)), certified in Canadian Vascular Access (CVAA (C)), and internationally certified in vascular access (VA-BC™). ],[enJob=Registered Nurse],[frBio=Karen est une infirmière chef de file accomplie comptant plus de 30 ans d’expérience en soins de santé dans les soins critiques, les soins communautaires et les milieux industriels et universitaires. Titulaire d’une maîtrise en sciences cliniques de l’Université Western, Karen est reconnue à l’échelle mondiale en tant qu’experte en traitement par intraveineuse et en gestion des soins de la peau et du traitement des plaies. Elle détient une certification en soins de santé communautaires (IISCC [C]) et en accès vasculaire (CVAA[c]) au Canada et une certification en accès vasculaire (VA-BCMC) à l’échelle internationale.],[frJob=Infirmière autorisée]

Plus de contenu par Karen Laforet
Article précédent
Sutton Road Marking : remédier à la faible visibilité sur les autoroutes de la C.-B.
Sutton Road Marking : remédier à la faible visibilité sur les autoroutes de la C.-B.

Voici comment Sutton Road Marking remédie aux conditions de faible visibilité sur les autoroutes en Colombi...

Article suivante
Série V.E.I.N.S.S., partie trois : éviter les infections par DAVP.
Série V.E.I.N.S.S., partie trois : éviter les infections par DAVP.

Mesures que les professionnels de la santé peuvent prendre pour prévenir les infections liées aux dispositi...

Inscrivez-vous au prochain webinaire dans la série V.E.I.N.S.S. (en anglais uniquement)