Skip to main content

L’avenir des métiers spécialisés : comment nous pouvons inspirer la prochaine génération?

Une femme avec une queue de cheval et des lunettes de sécurité travaille sur un moteur à hélice d'hélicoptère.

Alors que l’économie canadienne se redresse à la suite de la pandémie, de nombreuses industries sont confrontées à des pénuries de main-d’œuvre. Cela est particulièrement vrai dans le domaine des métiers spécialisés. En raison de l’interruption des études et de la formation, des stigmatisations associées aux carrières dans les métiers spécialisés, ainsi que la vague de prises de retraite massive1, la demande prévue pour les métiers spécialisés dépasse de loin le nombre de nouveaux diplômés et de jeunes Canadiens qui choisissent de faire carrière dans ces métiers.

Les Canadiens s’accordent sur la nécessité de disposer d’ouvriers qualifiés.

Les dernières recherches menées dans le cadre de l’Indice de l’état de la science de 3M annuel révèlent qu’une écrasante proportion de 96 pour cent des Canadiens convient que la main-d’œuvre du pays manque de métiers spécialisés. Étant donné que 700 000 ouvriers qualifiés prévoient de prendre leur retraite entre 2019 et 20281, et que (insérer ici une statistique sur le déclin des apprentissages dans le cadre du programme Sceau rouge), nous connaissons une pénurie de main-d’œuvre qui s’aggravera et qui continuera de nuire à notre économie et à nos infrastructures. 

Un homme noir avec une barbe et des plans de construction regardant vers le haut

Alors, comment remédier à cette carence? Inspirer et soutenir la prochaine génération d’ouvriers qualifiés sera crucial pour la reprise économique du Canada, mais les résultats montrent un décalage. En effet, 81 pour cent des Canadiens croient qu’ils gagneraient le même salaire dans un métier spécialisé que dans une carrière exigeant un diplôme universitaire ou collégial traditionnel de quatre ans. Cependant, bien que les Canadiens tiennent en haute estime les métiers spécialisés et les professionnels qui les exercent, plus de trois quarts d’entre eux (76 pour cent) affirment qu’ils ne chercheraient jamais à faire carrière dans un métier spécialisé. Il est évident que la baisse du nombre de Canadiens à la recherche de carrières et d’apprentissages dans les métiers spécialisés témoigne d’un problème plus important.  

Compétences de métier recherchées : plus de 300 possibilités de carrière à envisager.

À l’heure actuelle, l’industrie des métiers spécialisés est aux prises avec une pénurie qui découle d’une lutte de longue date contre les stéréotypes. Par exemple, la notion qu’une carrière dans les métiers spécialisés constitue une activité physique exigeant peu d’intelligence et convenant mieux aux hommes, continue de véhiculer des perceptions néfastes qui influencent les médias et nos biais inconscients. Cette notion est non seulement soutenue par des préjugés sexistes, mais aussi par une compréhension limitée de la portée de ces métiers. Plus de 300 métiers spécialisés sont reconnus au Canada, ce qui signifie qu’il existe de nombreuses possibilités de carrières à envisager. 

"Un métier spécialisé est destiné à ceux qui recherchent l'excitation et le désir de prendre confiance en eux-mêmes. Il n'y a rien de plus gratifiant à la fin d'une journée de travail que de savoir que l'on fait partie de la solution, que l'on apporte les connaissances, les compétences et l'attitude nécessaires pour relever les défis et gagner la journée au sein d'une équipe. Chaque jour présente un défi différent, ce qui donne l'occasion d'un apprentissage continu."

- Paul Ballantyne, technologue principal de l'entretien, 3M Canada
Machiniste certifié Sceau rouge

Un sondage de l’Organisation de coopération et de développement économiques au Canada a révélé que seulement 2 % des élèves de sexe féminin âgées de 15 ans ont indiqué qu’elles avaient l’intention de poursuivre une carrière dans les métiers spécialisés. 

L’intérêt porté aux STIM et aux métiers spécialisés se manifeste dès la jeunesse. Les parents, les familles et les éducateurs apportent une contribution essentielle à l’éveil de cette curiosité, tout en combattant les stéréotypes qui font obstacle plus tard dans la vie.  

Comment 3M contribue à l’autonomisation de la prochaine génération d’ouvriers qualifiés?

En tant que chef de la fabrication et de la chaîne d’approvisionnement chez 3M Canada, qui compte plus de 900 ouvriers qualifiés, je suis témoin direct de nombreuses possibilités qu’offre une carrière dans les STIM et les métiers spécialisés. Cependant, je suis également conscient de nombreux obstacles auxquels sont confrontés les membres des communautés sous-représentées. Pour parvenir à de nouvelles solutions, nous devons veiller à ce que les études en matière de métiers spécialisés soient accessibles à tous.

Pour les employeurs, cela se traduit par l’offre d’expériences concrètes aux jeunes étudiants afin d’éveiller leur curiosité envers les métiers spécialisés. Par exemple, 3M a invité des étudiants à visiter ses usines de fabrication dans différentes régions du Canada pour rencontrer ses experts techniques, en apprendre davantage sur les métiers spécialisés et observer ces derniers à l’œuvre. Pour de nombreuses personnes, faire l’expérience de la diversité des compétences permet de découvrir de nouvelles possibilités d’apprentissage et une voie à suivre. 

D’ici 2025, 3M s’engage à créer 5 000 000 occasions d’apprentissage uniques en matière des STIM et des métiers spécialisés pour les personnes sous-représentées. 

Jeune homme étudiant avec un capuchon noir travaillant sur un robot lors d'une compétition FIRST Robotics

La voie de l’avenir pour le secteur des métiers spécialisés du Canada commence par l’élimination des obstacles aux voies d’accès aux métiers spécialisés et par la diffusion des ressources éducatives appropriées auprès des jeunes du Canada. 

Nous collaborons également avec des organismes qui partagent la même philosophie : une plus grande accessibilité et de meilleures occasions dans le domaine des STIM et des métiers spécialisés. Compétences Ontario offre aux jeunes la possibilité d’explorer et de développer des compétences leur permettant de faire carrière florissante dans le domaine des métiers spécialisés et des technologies. Ils autonomisent les jeunes à envisager une carrière dans le domaine des métiers spécialisés et des technologies par l’intermédiaire de présentations dans les écoles de tout l’Ontario, en organisant le plus grand concours de compétences au Canada, en organisant des camps d’été visant à perfectionner les compétences et en facilitant les relations étudiants-employeurs. FIRST Robotics est un organisme dont la mission est de susciter l’intérêt des jeunes par l’intermédiaire de programmes scolaires passionnants axés sur le mentorat, qui leur permettent d’acquérir des compétences scientifiques, techniques et technologiques. 

« La pénurie de professionnels qualifiés au Canada est décourageante. Les idées fausses et le manque de sensibilisation à ces carrières compliquent la tâche de combler les lacunes, toutefois, il importe plus que jamais d’encourager et de soutenir les Ontariens qui se lancent dans ces domaines. » 
- Ian Howcroft, chef de la direction, Compétences Ontario.  

Ce que nous faisons présentement se répercute sur les experts de demain.

Bien que les métiers spécialisés soient confrontés à un problème d’image , je crois qu’il est possible de modifier la perception pour mettre en valeur des choix de carrières enrichissantes, lucratives et passionnantes.

Les résultats du sondage de l’Indice de l’état de la science de 3M de 2022 montrent que les Canadiens sont convaincus de la nécessité d’investir dans les métiers spécialisés. L’avenir de l’économie canadienne dépend d’une pépinière de métiers spécialisés saine et féconde qui contribue à la construction des infrastructures, des maisons et des institutions de notre pays. 

Il nous faut créer des occasions éducatives et des lieux de travail où chacun possédant une passion et un intérêt peut se voir représenté grâce à des voies d’accès vers des carrières fructueuses et enrichissantes. En effet, le développement de l’avenir économique du Canada ne peut se faire que grâce à l’assise solide d’une main-d’œuvre qualifiée, inclusive et productive.  

References
1. Gouvernement du Canada - Le gouvernement du Canada fait la promotion des métiers spécialisés recherchés comme parcours de carrière de premier choix - Canada.ca

 

À propos de l’auteur

[enBio=Terry has been at 3M for almost 32 years, working in several countries, head offices, and multiple manufacturing locations. Starting at the Toronto Sales Branch as a Customer Service Representative, through supply chain planning and leadership roles in most of 3M Canada’s manufacturing operations, Terry has developed an appreciation for the synergy of providing high quality products and services to our customers while also providing a safe and respectful workplace for our employees. Returning to 3M Canada in 2019 after 2 years abroad, Terry is now Plant Director of the London, Ontario manufacturing plant and Country Manufacturing and Supply Chain Leader.],[enJob=London Plant Director, Canada Manufacturing and Supply Chain Leader],[frBio=Terry travaille chez 3M depuis près de 32 ans, travaillant dans plusieurs pays, sièges sociaux et plusieurs sites de fabrication. En commençant par la succursale des ventes de Toronto en tant que représentant du service à la clientèle, en passant par la planification de la chaîne d’approvisionnement et des rôles de leadership dans la plupart des activités de fabrication de 3M Canada, Terry a développé une appréciation de la synergie entre la fourniture de produits et services de haute qualité à nos clients tout en offrant un lieu de travail respectueux pour nos employés. De retour chez 3M Canada en 2019 après 2 ans à l’étranger, Terry est maintenant directeur de l’usine de fabrication de London, en Ontario, et chef national de la fabrication et de la chaîne d’approvisionnement.],[frJob=Directeur de l’usine de London, chef de la chaîne d’approvisionnement et de la fabrication au Canada]

Profile Photo of Terry Bowman